Ce que désormais j’ai décidé de faire en Aiki

Après un certain temps de pratique, avec plus ou moins d’intensité selon les périodes, et au vu des événements suite au décès de M° Tamura, j’ai décidé de ne plus suivre la FFAB, ou tout au moins ce qu’elle est devenue.

Ma pratique restera toujours modeste, mais moi je le sait.

J’ai décidé d’aborder le chemin différemment.

Aborder le sujet avec en premier un travail corporel où l’objectif de résultat et d’efficacité est absent. Ensuite utiliser cet acquis sensoriel pour un apprentissage des techniques dans le même cadre.

Seulement ensuite y adjoindre des éléments de l’aiki, autres que techniques, qui font toute la différence entre une gymnastique et un budo.

Il faut absolument se rappeler ceci : L’Aiki, c’est AVANT LA TECHNIQUE.

La technique n’est que le moyen, l’outil, pour aprendre. Pas la finalité, malheureusement il y a des fédés pour ça!

La séquence de progression que j’entends proposer est: faire l’harmonie avec soi-même avant de vouloir la faire avec les autres (c’est bien ce que disait M° Tamura, a une certaine époque).

De fait ce n’est pas si sectorisé que cela, mais c’est les priorités qui évoluent au fur et à mesure des la pratique…

Notre corps et notre premier outil, encore faut il qu’il soit en état de marche, et savoir s’en servir, et l’écouter. Dans « corps » je n’entends pas seulement le côté physique.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion